Hardening consulting

Attention à la vie privé

Évidement, il y a l'évangélisation. Parler des dangers de l'utilisation des Facebooks and co pour la vie privée: à l'occasion d'un repas de famille, entre collègues à la pause café, avec les potes de loisirs. Pour l'avoir fait un peu ces derniers temps, c'est fou comme les Google et compagnie ont super bien travaillé: une majorité de personnes a intégré que la vie privée "on n'a rien à cacher quand on n'a rien à se reprocher". Serait-on déjà dans une société de surveillance généralisée ?

On peut appeler les députés pour leur demander leur avis sur la nouvelle loi sur le renseignement, et tenter de les convaincre que c'est une atteinte à la vie privée. Il faut juste passer outre le dédain: est-ce bien normal que l'assistant parlementaire dise "ne vous inquiétez pas c'est bien moins dangereux que ce que vous avez entendu", sans aucun autre argument (ai confiance, crois en moi...). C'est un bon exercice si vous n'êtes pas encore convaincu que ceux qui votent les lois ont une inculture totale du numérique, et ne comprennent aucun des enjeux qui s'y rapportent.

On peut aussi s'installer des plugins qui permettent de désactiver les mouchards et qui révèlent le fichage généralisé sur la plupart des sites web. J'ai installé le plugin Ghostery, et c'est incroyable de voir que la quasi totalité des sites web ont un mouchard Google Analystics.

Il se trouve que moi aussi pour ce site, j'utilisais Google Analystics. J'avais vraiment fait ça par facilité, je dirais plutôt par flemme. C'est vrai que les tableaux de Google Analystics sont tape à l'oeil. Néanmoins en regardant de plus près, avec un background sécurité, on peut vraiment s'interroger sur la pertinence des informations affichée. Ça convainc sans doute les marketteux mais faire des stats basées sur les bannières navigateurs c'est quand même bien vaseux.

J'ai donc décidé de mettre à la poubelle Google Analystics et de gérer moi-même mes données de connexions. Google n'a pas besoin d'être au courant de la fréquentation de mon site, aussi faible soit elle. Je lui ai donc trouvé un petit remplaçant dans le logiciel Piwik (il s'agit du grand frère de phpMyVisite pour ceux qui l'ont connu). Ça s'installe en quelques minutes et ça se configure aussi facilement que Google Analystics:

  • les données sont chez moi, je ne les partage pas, je ne les utilise pas pour faire de la publicité ciblée, ça ne sert qu'à voir la fréquentation de ce site;
  • j'ai configuré Piwik pour qu'il respecte le flag "Do Not Track" des navigateurs. D'ailleurs ça m'a joué des tours quand je testais, car je ne voyais pas mes visites;
  • Piwik permet aussi de se mettre en conformité avec la législation allemande qui demande que les IPs ne soient pas stockées entièrement (dernier digit annonymisé)

Il me reste à gérer la question des commentaires de posts: soit je reste sur Google + en m'arrangeant pour que le fichage Google n'intervienne que quand on lit les commentaires et on commente (ce qui paraîtrait logique). Je pourrais aussi proxifier cette requête: ce serait mon site qui ferait la requête à Google et pas le navigateur du visiteur (et donc le fichage serait supprimé). Ou bien je trouve un bout de logiciel qui permette de traiter les commentaires en ayant les données chez moi.

Pour finir, quelques matériaux sur la vie privée:

  • un article très vulgarisé de Télérama;
  • le site de la quadrature du net. N'ayant pas le temps de faire du lobbying pour les questions de vie privée, j'ai trouvé que faire un don à la quadrature était un bon moyen de quand même faire quelque chose (et en plus ils ont vraiment du talent pour défendre ces questions là);
  • cette vidéo (durée 1h43), parmi tant d'autres, de Benjamin Bayart qui parle d'internet et de politique.

Commentaires